femme-de-menage.be

Le statut de la femme de ménage


Certains contestent la décision de quelques mères de rester dans leur maison et révise l'idéologie et le rôle de la femme de ménage.

Cette remise en cause du statut de la femme de ménage a été nourrie par un cas récent aux Etats Unis; une mère du Texas qui a noyé ses cinq enfants dans une baignoire. Les crimes ont été hypothétiquement commis dû au fait que la famille souffrait d'une dépression perpétuelle aggravée par la circonstance que la mère restait toujours à la maison.

Le gagnant du Prix Pulitzer Anna Quindlen a décrit la typique femme de ménage qui reste à la maison de cette manière : "Elle est fatiguée, elle est exaltée et toute la nuit elle a mis des vêtements à laver dans la machine parce que le mineur de ses deux garçons a vomi. Elle a aussi avec nausées, parce que du fait que, étant donné qu'elle a déjà deux petits de moins de 5 ans, il lui avait semblé parfait en avoir un autre, et elle est enceinte de 4 mois." Avec la tâche domestique, toute femme vit à la limite de commettre l'infanticide. Un mythe créé par le féminisme meurt et un nouveau est créé pour le remplacer. Le mythe qui s'éteint est celui que les femmes ne commettent pas d'actes de violence domestique et uniquement les hommes.

Les statistiques sur l'abus infantile mortel sont plus alarmantes. Un rapport concernant l'homicide dans les familles a examiné des cas de meurtres jugés en 1988 et a découvert que 55 pour cent des accusés de tuer ses propres enfants étaient des femmes. D'autres sources informent que les mères ont perpétré 78 pour cent des abus infantiles mortels. Il n'est donc plus pensable d'affirmer que les femmes ne sont pas violentes dans la maison.

En 1963 le livre de Betty Friedan (le Mystique Féminin), parlait "du problème qui n'a pas nom." Exprimé simplement, que la domesticité des femmes de ménage leur faisait perdre leurs capacités en les faisant souffrir tant physiquement que mentalement.

Lire la suite ...